La porneia (l'impudicité) par Kinuga Anatasinjah

Extrait du Livre : "Entretien Initiatique" Tome 1 de Kinuga Anatasinjah et Tatiana Jestakova

Tatiana Jestakova: Parmi les logismoï (pensées tentatrices) il y a la porneia. Qu'est-ce que la porneia?

Kinuga Anatasinjah: On peut lier la porneia au principe bouddhiste de kamamithyacara que l’on retrouve également dans les règles du brahmacharya. La porneia c’est tout ce qui concerne l’inconduite sexuelle.

Tatiana Jestakova: L’inconduite sexuelle est devenue tellement courante qu’elle n’est plus vraiment d’actualité de nos jours.

Kinuga Anatasinjah: C’est exact, il arrive d’ailleurs fréquemment que des hommes et des femmes au comportement libertin disent assumer leur sexualité dissolue « sans complexe », ce qui sous-entend, selon eux, qu’une personne chaste ou ayant une vie sexuelle stable est forcément « complexée ».

Depuis les années 70 le terme : « libération sexuelle » s’est popularisé pour désigner la liberté de satisfaire nos besoins libidineux avec qui on souhaite, toutefois « besoins » et « liberté » sont difficilement conciliables. Si l’individu est soumis à ses besoins sexuels, peut-on dire qu’il est libre? Et si, pour satisfaire ses besoins, il doit dépendre du corps d’un autre, est-il réellement libre?

Tatiana Jestakova: Il est vrai que la plupart des gens on tendance à confondre « besoins » et « désirs ». On comprend mieux en quoi la chasteté a toujours été considérée par les maîtres spirituels comme une nécessité absolue à la libération de l’être.

Kinuga Anatasinjah: Pour les maîtres spirituels, la chasteté est beaucoup plus que la continence. Il s’agit d’une attitude de respect devant soi-même et devant les autres ; ne pas poser sur eux le regard que l’on pose sur les choses. La chasteté restitue à l’être personnel son mystère, son altérité non consommable ; la personne est un être de communion, de relation et non un produit de consommation.

Tatiana Jestakova: De nos jours le mot « chasteté » est synonyme de « ringardise », une jeune fille ou un jeune garçon qui souhaite rester vierge sera traité avec mépris par les autres comme s’il s’agissait d’un comportement anormal. Beaucoup de jeunes gens qui ont mon âge ont déjà connu plusieurs partenaires sexuels. Dans notre société, avoir eu plusieurs partenaires sexuels est considéré comme valorisant alors que sur le plan comportemental cela relève plutôt d’une inconstance pathologique et sur le plan spirituel d’un manque d’amour propre.

Kinuga Anatasinjah: Malheureusement les médiats conditionnent les esprits fragiles à faire de la décadence et du matérialisme la norme, pour ce faire ils mettent en avant les vedettes les plus perverties auxquelles les gens s’identifient afin de les inciter à les imiter. À chaque instant, le psychisme humain qui est confronté depuis son plus jeune âge à ces modèles de comportements et de pensées primitives subit un processus de zombification qui l’abruti. Pendant que l’être humain pense au sexe et à l’argent il ne pense à rien d’autre et reste ainsi esclave du système dans lequel il s’est lui-même emprisonné tout en entretenant l’illusion d'être libre.

Au début du vingtième siècle le radium était à la mode on le considérait comme la panacée au point qu’on en mettait dans l’eau, les sodas, les médicaments, la nourriture, les cosmétiques, les jouets des enfants, les vêtements etc. les industriels, avec la complicité des scientifiques, avaient réussi à faire croire que le radium était un produit excellent pour la santé et était capable de guérir toutes les maladies. Malheureusement, ce produit radioactif hautement toxique provoqua la mort de nombreuses personnes[1].

Il en fut de même avec le tabac. Pendant longtemps fumer était synonyme de bien-être, de détente, de liberté, d’indépendance, de mode…

Ce qui se passe aujourd’hui avec la débauche, l’égocentrisme, le matérialisme est semblable à ce qui se passait jadis avec le radium et le tabac, les hommes d’affaires, les politiciens, les médiats, les économistes, les psychologues etc. font croire aux masses que le bonheur, la santé et le bien-être s’acquiert en développant des tares et les êtres ignorants font confiance à ces criminels, ils adhèrent à ces principes en pensant que ce qu’ils font est bon pour eux.

Tatiana Jestakova: L’être humain a pour habitude de se lasser de tout y compris de ses partenaires sexuels. Quand ils ne ressentent plus de désirs l’un pour l’autre ou qu’un « besoin » sexuel n’est pas en mesure d’être satisfait par le conjoint il en résulte une frustration chez celui ou celle qui est esclave de sa libido qui l’incite à aller voir ailleurs et à multiplier les partenaires. Face à un tel comportement narcissique on peut se demander si le sexe c’est de l’amour?

Kinuga Anatasinjah: L'amour, ce n'est pas du sexe et le sexe, ce n'est pas de l'amour. Si c’était le cas, l’amour et le sexe seraient indissociables, or beaucoup d’hommes et de femmes ont des relations sexuelles sans éprouver le moindre sentiment amoureux pour leur partenaire, en ce sens, le sexe est plus de l’ordre de l'agression que de l'affection. Il est d’ailleurs intéressant de constater que ce sont les mêmes hormones et les mêmes neurones qui sont sollicités pour les actes violents et copulatoires[2][3].

Tatiana Jestakova: C’est aussi ce que dit Aïvhanov dans son livre : « La force sexuelle ou le dragon ailé ». Il parle de ce décalage qu’il y a entre le sexe et les sentiments, notamment quand il dit que les femmes aiment être sexuellement saccagées, malmenées comme de la pâte entre les mains d’un boulanger et qu’elles n’éprouvent que du mépris pour les hommes doux et gentils[4]. On trouve également cette attirance masochiste qu'ont les femmes pour leurs bourreaux dans la plupart des romans écrits par des femmes pour des femmes où le mâle idéal y est dépeint comme un riche psychopathe lubrique et amoral débordant de testostérone.

Kinuga Anatasinjah: C’est un fait, il n’y a cas voir le nombre de femmes qui sont attirées par les « bad boys », les gangsters, les serial killers et ceux qui exercent un métier en rapport avec le pouvoir ou la violence tels que les politiciens et les militaires. C’est aussi le cas chez les animaux, les femelles ne sont attirées que par les mâles dominants. Ceci est bien la preuve que ce comportement est purement animal. Or, si biologiquement il y a peu de différences entre l’animal et l’homme, ce dernier s’en démarque par sa conscience et sa capacité à s’élever au-dessus de ses instincts.

Saint Paul donne la définition exacte de ce qu’est l’amour. En 1 Corinthien chapitre 13 versets 4 à 8, il dit : « L'amour est patient, il est plein de bonté; l'amour n'est point envieux, il ne se vante point, il ne s'enfle pas d'orgueil. Il ne fait rien de malhonnête. Il ne cherche point son intérêt, il ne s'irrite point, il ne soupçonne point le mal. Il ne se réjouit point de l'injustice, mais il se réjouit de la vérité. Il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il supporte tout. L’amour n’a pas de fin. » Autrement dit, cette définition est tout le contraire de l’« Eros » que les gens appellent « amour ». La séduction et le sexe reposent essentiellement sur l’égocentrisme, la vantardise, la violence, la manipulation, le mensonge, la jalousie, autrement dit sur les instincts les plus bas de l’homme, mais en aucun cas sur l’« Amour » avec un Grand « A » (comme « Agapé »). Note bien ce qui est dit au verset 8 : « L’amour n’a pas de fin ». Si l’Eros était de l’amour alors il n’aurait pas non plus de fin, les hommes et les femmes resteraient unis pour la vie, or, quand on observe les relations de couple, on réalise que c’est loin d’être le cas.

Tatiana Jestakova: C’est profond ce que tu dis, ça me fait penser à cet homme qui demanda à Lao Tseu de lui donner une définition de la réalité et Lao Tseu répondit : « Est réel ce qui ne change jamais ».

Kinuga Anatasinjah: C’est tout à fait ça, les hindous utilisent les termes de « sthairya » pour décrire cet état stable et permanent et « maya » pour décrire les illusions dont fait partie l’impermanence. Quand l’amour ne dure pas c’est qu’il n’est pas réel, il appartient au monde de la maya, on peut dire en résumé que celui qui cesse d’aimer n’a jamais aimé.

La deuxième confusion qui existe concernant l’amour c’est celle qu’il y a entre une mère et son enfant ou entre deux amis, les Grecs l’appellent « Storgê » et « Philia », ce sentiment repose sur la réciprocité et l’appartenance, là encore on ne peut parler d’amour car lui non plus ne dure pas systématiquement, il arrive que les amis, les parents et les enfants se séparent et arrivent même parfois à se haïr.

Le véritable amour est un état de conscience supérieure qu’on appelle « Agapé », c’est de cet amour-là que Saint Paul parle. Sans cet amour aucune relation n’est véritablement sincère et durable. L’Agapé est comme le sel dans un plat. Si tu prépares un bon repas, mais que tu ne mets pas un peu de sel, ce plat sera fade. Lorsqu’on ajoute de l’Agapé à Eros, à Storgë et à Philia alors s’instaure la pérennité, la fidélité et l’harmonie dans nos relations familiales, amicales, sexuelles et spirituelles.

Tatiana Jestakova: Que répondrais-tu à ceux qui disent que les religions ont dénaturées le sexe et en ont fait quelque chose de « sale »?

Kinuga Anatasinjah: Je leur répondrai que ce n’est pas le sexe qui est sale, mais ce qu’on en fait. A ce titre, Jésus lui-même n’a pas condamné la sexualité, il n’a condamné que certains aspects de celle-ci. D’ailleurs si le sexe était mauvais Dieu ne l’aurais pas créé, il ne faut donc pas voir le sexe comme un péché, mais plutôt comme une énergie divine capable de nous élever ou de nous rabaisser. Cette sacralisation de l’énergie sexuelle se retrouve aussi dans les traditions spirituelles orientales ou elle est désignée sous le nom de « Shakti », principe féminin du dieu Shiva.

Si les grands initiés ont de tout temps considérés la sexualité comme un acte sacré c’est parce qu’ils savaient que le sexe ne se limite pas à un échange de fluides corporelles et de patrimoine génétique, mais aussi à un échange d’énergies kundaliniennes, animiques et karmiques qui, tel un virus ou une bactérie, imprègnent les corps subtils, les centres énergétiques et chaque atome qui composent le corps physique des deux partenaires de manière immuable.

Plus les individus ont de partenaires sexuels et plus ils accumulent et se transmettent mutuellement ces énergies qui sont plus ou moins toxiques selon les samskaras et le passé karmique de chacun d’eux. Cette accumulation d’énergies négatives entraînera inévitablement un désordre énergétique qui se traduira dans un premier temps par une dépression, un trouble de la personnalité borderline et pourra dégénérer ensuite vers d’autres pathologies mentales ou physiques encore plus graves comme des cancers[5].

Toutes les traditions spirituelles enseignent que tout dans l’univers est lié, tant en pensées et en émotions qu’en actes, quant à la science, elle affirme que tout, y compris la matière, est énergie, c’est certainement ce savoir qui fit dire à Teet Maharaj que celui qui s’accouple avec une prostituée s’accouple aussi avec ses amants et lie son karma aux leurs.

Tatiana Jestakova: C’est aussi ce que dit Saint Paul dans 1 Corinthien chapitre 6 verset 16 : « Ne savez-vous pas que celui qui s'attache à la prostituée est un seul corps avec elle? Car, est-il dit, les deux deviendront une seule chair. » Ça confirme les récits des yogis qui ont développés le troisième œil, qui prétendent qu’ils peuvent voir dans l’aura, telles des tâches indélébiles sur un vêtement, le nombre de partenaires sexuels qu’a eu une personne et les traces plus ou moins récentes qu’ils y ont laissés.

Kinuga Anatasinjah: C’est ça. Tu comprends donc pourquoi les plus grands Maîtres spirituels comme Jésus et Bouddha ont toujours exhortés leurs disciples à préférer la chasteté et la fidélité à l’instabilité sexuelle.

Tatiana Jestakova: Il est consternant de voir qu’un acte considéré comme sacré dans toutes les religions soient ainsi profané y compris par ceux qui prétendent appartenir à ces religions. Les hommes et les femmes changent de partenaires sexuels comme on change de sous-vêtements.

Kinuga Anatasinjah: Cette immaturité émotionnelle et affective est mise en valeur par les médiats, les films, la publicité, internet, mais aussi, comme je le disais précédemment, par les célébrités qui interprètent cela comme un gage de réussite et d’indépendance. Ces hommes et ces femmes sont des objets de consommation jetables qui ont perdu toute notion de respect pour les autres comme pour eux-mêmes.

Un jour un homme m’expliqua qu’il n’était pas du tout attiré par les femmes qui avaient connu d’autres hommes avant lui. Il illustra ses propos en comparant les femmes à des « sandwichs », me disant, qu’à moins d’avoir désespérément faim, on n’a pas envie de manger un sandwich qui a déjà été entamé par quelqu’un d’autre, oubliant par la même occasion qu’il se comportait lui aussi comme un « sandwich » avec ses conquêtes féminines.

Cette comparaison entre un être humain et un sandwich peut paraître choquante au premier abord et pourtant beaucoup d’hommes et de femmes sont réellement devenus des produits de consommation sans pour autant s’en apercevoir tant leur conscience spirituelle est diminuée.

La porneia, c’est ça, c’est traiter son propre corps ou le corps de l’autre comme une « chose », comme un déchet, comme un objet de plaisir sans valeur, sans âme et non comme un sujet d’amour sacré.

Tatiana Jestakova: Il semblerait que la virginité ait un sens particulier dans de nombreuses traditions, Horus, Mithra, Krishna, Bouddha et Jésus, entre autres seraient nés de femmes vierges, j’ai lu quelque part qu’épouser une vierge était important en raison du caractère sacré du sang émis lors de la déchirure de l’hymen.

Kinuga Anatasinjah: Lévitique chapitre 17 verset 11 dit que l’âme est dans le sang. En occultisme le sang est vecteur de pouvoirs très puissants, qu’il s’agisse de faire un pacte ou de jeter un sort c’est le sang qui sera préféré à toute autre substance corporelle. Cette énergie qui émane du sang imprègne les auras, les chakras et le corps, certains yogis la comparent à l’énergie radioactive de la brahmastra, car de même que la radioactivité a le pouvoir de modifier l’ADN, l’énergie du sang a le pouvoir de modifier les corps subtils et même le corps physique lorsque le sang est transfusé. Cette « mémoire cellulaire » aurait la capacité, selon certains, d’influencer notre psychisme et nos comportements.

Sur les plans énergétiques, quand y a une émission de sperme lors des rapports sexuels l’énergie animique de l’homme fusionne avec celle de la femme, ils ne deviennent plus qu’UN dans l’astral (Marc 10:1-12). Au mariage des corps s’ajoutent alors celui des âmes et ils restent ainsi liés par un cordon aurique pendant toute la durée de leur vie terrestre.

Cette alchimie animique est renforcée par le sang, c’est la raison pour laquelle dans de nombreuses cultures le sang de la vierge a de l’importance et pourquoi il est déconseillé aux hommes d’avoir des rapports sexuels avec les femmes quand elles ont leurs règles, car pendant ces périodes elles ont la capacité d'absorber l'énergie vitale de leur partenaire.

Tatiana Jestakova: Si je comprends bien, la perte de sang serait une puissante pompe à énergie vitale?

Kinuga Anatasinjah: C'est exactement ça. Dans Luc chapitre 8 verset 43 à 48 il est écrit qu'une femme qui souffrait d'une maladie hémorragique toucha Jésus et que celui-ci ressenti à cet instant une importante quantité d'énergie vitale quitter son corps.

Tatiana Jestakova: Tu parles d’énergie, autrement dit du rayonnement diffus du sang, mais aussi du sperme, ce qui signifie que les préservatifs n’ont aucun effet protecteur contre ces énergies.

Kinuga Anatasinjah: Si tu mets un aimant dans un préservatif, cela n’aura aucun effet sur son champ magnétique et le fait que tu ne vois pas l’énergie que dégage cet aimant, ni que tu la ressentes ne veut pas dire qu’elle n’existe pas.

Le sang comme le sperme sont constitués d’éléments vivants, en tant que tels ils sont dotés d’une aura ainsi que d’une énergie qui les anime et qui contiennent le patrimoine karmique, animique et atavique de leur propriétaire, c’est cette énergie qui se transmet pendant les rapports sexuels.

Tatiana Jestakova: Je comprends maintenant ce que veulent dire certains tantrika quand ils comparent l’hymen à l’aura. Déchirer l’hymen c’est déchirer l’aura, quand l’homme s’introduit dans la femme il pénètre son aura. J’ai lu dans un article médical que lorsqu’on embrassait quelqu’un sur la bouche, les gènes que l’on a échangés avec cette personne par la salive peuvent être détectables plusieurs minutes après[6]. Si on ajoute à cela les maladies que l’on peut attraper lors des rapports sexuels, il est facile de comprendre les répercutions qu’un tel échange peut avoir sur le plan énergétique. Dans le tantrisme et la médecine ayurvédique le sperme semble également occuper une place importante. Dans son excellent livre « Pratique du Brahmacharya » Sivananda va jusqu’à dire que dans le sperme se trouve l’énergie de Dieu[7].

Kinuga Anatasinjah: C’est par le sperme que se transmet la vie et, comme le sang, il est constitué d’une importante quantité d’énergie vitale et donc divine.

Tatiana Jestakova: Ça explique pourquoi Vivekananda dans son livre « Raja Yoga » dit que seuls les hommes et les femmes chastes méritent être appelés « yogi »[8]. Tu comprends néanmoins que certains puissent mettre en doute ces théories?

Kinuga Anatasinjah: Douter est une excellente chose, la question qui se pose c’est de comprendre ce qui nous fait accepter certaines croyances et en rejeter d’autres. Il est compréhensible qu’une personne qui a une vie sexuelle et affective chaotique puisse trouver cette perspective dérangeante, pour ne pas dire absurde, mais pour les êtres purs, les extra-lucides, pour ceux qui voient les auras, qui ressentent réellement les énergies subtiles, elle est une évidence absolue.

Tatiana Jestakova: Précédemment tu as parlé des yogis qui comparent l’énergie sexuelle à celle de la brahmastra, je précise pour ceux qui n’ont pas lu les Védas, et plus précisément le Mahâbhârata, qu’il s’agit d’une arme nucléaire puissante créée par Brahma. Je trouve cette comparaison avec la radioactivité très pertinente car comme elle, elle se diffuse dans notre organisme sans qu’on s’en aperçoive.

Kinuga Anatasinjah: En effet. Lorsque des personnes sont irradiées elles ne voient rien, elles ne ressentent rien, et puis quand, après quelques mois ou quelques années, leur santé se détériore, qu’elles développent des cancers, des tumeurs, des problèmes thyroïdiens… certaines d’entre elles comprennent les raisons de leur état tandis que d’autres préfèrent rester dans le déni et attribuer à leur maladie une autre cause.

Il en est de même sur les plans énergétiques humains, les énergies que nous émettons et que nous recevons, nous ne les voyons pas, mais nous en subissons les effets à plus ou moins long terme. Certains le savent, d’autres refusent de l’accepter.

Tatiana Jestakova: On peut aussi faire une comparaison avec les personnes électrosensibles, pendant longtemps on croyait que cette sensibilité était d’ordre purement imaginaire, or de nombreuses études incontestables ont prouvées la réalité de l’électrosensibilité[9]. En matière d’énergies spirituelles et cosmiques c’est pareil, certains êtres sont plus sensibles que d’autres à les percevoir et à sentir leurs influences, mais comme la plupart des gens ne voient rien, ils en déduisent que c’est bidon.

Kinuga Anatasinjah: Exactement !

Tatiana Jestakova: Dis-moi, pourquoi le sang est-il supérieure au sperme dans les travaux occultes?

Kinuga Anatasinjah: Parce que la composition chimique de l'hémoglobine riche en fer lui confère des propriétés diamagnétiques et paramagnétiques selon son nivaux d’oxygénation[10]. D'après les occultistes ce magnétisme contribuerait à décupler l’efficacité de leur pouvoir sur la personne dont ils possèdent le sang.

Tatiana Jestakova: A ce propos tu m’avais parlé d’un Américain qui avait mis du sang dans une éprouvette et découvert que les cellules isolées du corps réagissaient aux émotions de leur propriétaire situé à plusieurs centaines de kilomètres de distance.

Kinuga Anatasinjah: Il s’agit d’une expérience qui a été réalisée dans les années 60 par Cleve Backster[11].

Tatiana Jestakova: Ça ressemble un peu à l’intrication quantique[12], mais au niveau cellulaire.

Kinuga Anatasinjah: Tout à fait. Ceci dit, plusieurs scientifiques comme Pjotr Garjajev, Vladimir Poponin, Matti Pitkänen et bien d'autres ont également réalisés des travaux très intéressants sur ce thème[13].

Tatiana Jestakova: Il parait que certains exercices tantriques consistent à dormir nue avec une femme sans avoir de relation sexuelle. Jad Adams dans son livre « Gandhi : Ambition nue » dit que le Mahatma demandait à des femmes de le stimuler sexuellement pour qu'il puisse démontrer sa résistance[14].

Kinuga Anatasinjah: C’est une pratique qui n’est pas exclusive à l’Inde, elle a de tout temps été employée par de nombreux peuples. Dans 1 Roi chapitre 1 versets 1 à 4 il est cité le cas du roi David qui couchait avec Abischag, mais n’avait pas de relation sexuelle avec elle. Chez certains chamanes et sorciers il s’agit d’une méthode destinée à montrer la maîtrise de soi, la suprématie du mental sur les désirs, celui qui cède à ses pulsions ne peut pas espérer combattre les entités de l’au-delà, il n’est pas digne de devenir chamane ou sorcier.

Tatiana Jestakova: Le cas d'Abischag est intéressant car il est question là aussi d'une jeune fille vierge. S'il s'agissait seulement de réchauffer le roi David, tel qu'il est écrit dans la bible, ses serviteurs ne se seraient pas préoccupés de la virginité, ni de la beauté de la jeune fille, n'importe qu'elle femme aurait pu le faire. Est-ce que cette pratique existait en France?

Kinuga Anatasinjah: Bien sûr. On l’appelait jadis « Assag »[15]. A l’origine ce rite était pratiqué par certains ordres de chevaleries du moyen-âge qui estimaient qu’un homme incapable de dominer son sexe n’était pas digne d’être adoubé, les Templiers devaient d’ailleurs faire vœux de chasteté. Par la suite ce rite a été vulgarisé par les troubadours qui en ont fait une pratique du « fin’amor » ou « amour courtois ».

Tatiana Jestakova: Et dans le christianisme?

Kinuga Anatasinjah: Il semblerait que certains syneïsaktistes[16] tel Robert d’Abrissel avait recours à ce genre de pratique. On dit aussi que Saint Scuithin, un moine Irlandais, dormait chaque nuit avec deux jeunes vierges nues sans éprouver de désir sexuel. Je tiens cependant à préciser que je ne cautionne pas ce genre de pratique douteuse.

Tatiana Jestakova: Comme tu l'as mentionné précédemment, Jésus, Bouddha et de nombreux autres mystiques placent l'abstinence sexuelle comme la condition sine qua non pour atteindre l'éveil et le moksha, à ce titre Jésus a dit : « il y a des eunuques qui se sont faits eux-mêmes eunuques pour le Royaume des cieux. » (Matthieu 19:12). Quant à Paul, il présente l'absence de désir sexuel (asexualité), comme un don que Dieu a réservé à ses élus. Est-ce à dire que celles et ceux qui sont incapables de rester chastes, sont moins importants aux yeux de Dieu?

Kinuga Anatasinjah: Pas du tout, d’ailleurs Paul qui avait lui-même reçu ce don ajoute : « Je voudrais que tous les hommes fussent comme moi ; mais chacun tient de Dieu un don particulier, l'un d'une manière, l'autre d'une autre. A ceux qui ne sont pas mariés et aux veuves, je dis qu'il leur est bon de rester comme moi. Mais s'ils manquent de continence, qu'ils se marient; car il vaut mieux se marier que de brûler [de désir]. » (1 Corinthiens 7:7-9).

Ceux qui ne sont pas dépendant du sexe et qui optent pour la voie du célibat ont davantage de temps à consacrer à Dieu. En effet, une vie de famille comporte d’innombrables responsabilités et engendre des soucis qu’un célibataire n’a pas. L’homme qui souhaite vouer sa vie entière à Dieu doit commencer par se détacher de ce qui n’est pas vital pour lui, c’est pourquoi il doit faire vœu de pauvreté et de chasteté, c’est ce que les hindous et les bouddhistes appellent « vairâgya ».

Références:

[1] Les produits radioactifs étaient à la mode au début du XXe siècle. https://dailygeekshow.com

[2] Estrogen-Producing Neurons Influence Aggression in Both Sexes. https://www.ucsf.edu/news
Scientists have discovered that higher levels of the hormone cause aggression and impaired decision-making. https://www.theguardian.com

[3] Les mêmes neurones pousseraient au sexe ou à la violence. https://www.futura-sciences.com
David Anderson, de l’institut de technologie de Californie, et ses collègues étudient depuis une dizaine d’années les circuits neuronaux sous-jacents à l’association déroutante entre sexe et violence. Leurs recherches ont permis de découvrir une partie du mécanisme qui explique que les mêmes circuits cérébraux puissent être impliqués dans des extrêmes opposés comme l’amour et la haine. Sur le plan physiologique, plusieurs caractéristiques communes lient agression et accouplement. https://www.pourlascience.fr

[4] Regardez comment cela se passe ordinairement: ces gestes tellement saccadés et fébriles, ce regard assombri de sensualité... L’homme veut s’assouvir, manger, déchirer, et à cet instant-là, la femme qui est tellement bête, se sent heureuse en voyant dans le regard de l’homme le désir de la dévorer! Elle devrait plutôt être effrayée de ce qui l’attend, parce que ce regard montre que l’homme est prêt à la saccager, à tout lui prendre; mais elle aime ça, elle ne demande que ça. Et s’il la regarde avec respect, amour et émerveillement, avec une grande lumière et une grande pureté, elle n’est pas contente : « Celui-là, pense-t-elle, c'est un faible je ne peux rien attendre de lui », et elle l’abandonne. Instinctivement la femme aime se sentir comme une pâte dans les mains d’un boulanger, retournée, malmenée, tourmentée, ça lui plaît, tandis que le respect et les regards célestes ne lui disent pas grand-chose. https://books.google.fr

[5] L'apparition de certains cancers pourrait être lié à un grand nombre de partenaires sexuels. https://www.sciencesetavenir.fr

[6] Des chercheurs ont effectués des extractions et analyses ADN sur 12 paires homme-femme de sujets volontaires, après baiser intense (de durée minimum de 2 minutes), à différents moments après l'acte: 1 minute, 5, 10, 30 minutes, et 1 heure après. https://www.huffingtonpost.fr

[7] Veerya (seminal energy) is God in motion. Veerya is dynamic will. Veerya is soul-force. Veerya is the essence of life, thought, intelligence and consciousness. http://sivanandaonline.org
God is Rasa. Raso Vai Sah. Rasa is Veerya, the vital fluid or semen. You can get eternal bliss by the attainment of Rasa or Veerya only. Rasohyevayam Labdhva Anandi Bhavati. Grasp fully the importance and value of this vital essence of life. Veerya is all power. Veerya is all money. Veerya is God. Veerya is Sita. Veerya is Radha. Veerya is Durga. Veerya is God in motion. Veerya is dynamic Will. Veerya is Atma-Bal. Veerya is God’s Vibhuti. The Lord says in the Gita: "Paurusham Nrishu. I am the seed or virility in men". Veerya is the essence of life, thought, intelligence and consciousness. Therefore, preserve this vital fluid very, very carefully, my dear readers! https://www.dlshq.org

[8] Selon les Yogîs, l’espèce d’énergie humaine qui se manifeste par le sexe dans la fonction sexuelle peut aisément se transformer en Ojas, si elle est enrayée, dominée, et, comme toutes ces fonctions dépendent du centre le plus bas, c’est celui-là que le Yogî surveille particulièrement. Il s’efforce de recueillir toute cette énergie sexuelle et de la transformer en Ojas. Seuls l’homme et la femme chastes peuvent faire affluer l’Ojas dans leur cerveau, et c’est pourquoi la chasteté a toujours été considérée comme la vertu la plus haute ; l’homme sent en effet que, s’il n’est pas chaste, la spiritualité l’abandonne ; il perd de sa vigueur mentale et de sa force morale. Voilà la raison qui fait que tous les ordres religieux du monde qui ont produit des géants sous le rapport spirituel, insistent toujours sur l’obligation d’une chasteté absolue. Voilà pourquoi les moines ont renoncé au mariage. La chasteté parfaite de pensée, de parole et de fait s’impose. Sans elle, la pratique de Râja Yoya est dangereuse et peut conduire à la folie. Comment peut-on espérer devenir Yogî si, tout en pratiquant Râja Yoga, l’on mène une vie impure ? https://fr.wikisource.org

[9] L'Electro Hyper Sensibilité (EHS) peut concerner des troubles dus à différentes sources d'exposition aux champs électromagnétiques (ampoules fluocompactes, lignes THT, ...). https://www.robindestoits.org

[10] Sous l’effet d’un champ magnétique intense, les globules rouges se regroupent en petits chapelets, ce qui diminue la viscosité sanguine. https://www.pourlascience.fr

[11] Cleve Backster: Résultats avec des cellules humaines. http://www.retrouversonnord.be

[12] Intrication quantique: Imaginez deux billes situées l’une à New York et l’autre à Paris, capables de changer de couleur lorsqu’on les touche. Vous effleurez la bille parisienne et elle devient verte. Au même moment, la bille de New York devient verte également. Et ce sans caméra, sans onde, sans faisceau lumineux… rien pour relier les deux billes. A notre échelle, on imagine mal comment parvenir à ce résultat. Au niveau des particules, c’est pourtant possible : on peut « téléporter » l’état d’une particule à une autre malgré la distance. https://www.nouvelobs.com

[13] Plus les chercheurs se penchent sur les mystères de la nature, plus ils se posent de questions. Ils viennent de découvrir que notre ADN possède une sorte de conscience et qu’elle peut même communiquer, et ses prouesses sont telles qu’elles dépassent tout ce que l’homme a pu créer par la technique. https://www.amessi.org

[14] Jad Adams estime en fait que Gandhi "attendait des femmes qu'elles le stimulent sexuellement pour qu'il puisse démontrer sa résistance". http://www.lemondedesreligions.fr

[15] L’assag est un rite de l’amour courtois prôné par les troubadours comme suprême épreuve de fin’amor (« vrai amour ») et que la dame imposait à son amant : les deux amoureux couchaient nue à nu en préliminaires mais sans pénétration. https://fr.wikipedia.org

[16] Le syneisaktisme est une forme d'ascèse consistant en la cohabitation chaste avec une personne de sexe différent. https://fr.wikipedia.org